La course à l’Arctique passe par Reykjavik-Monde Diplomatique

Encore hypothétique, l’ouverture de routes maritimes dans l’océan Arctique suscite un intérêt croissant parmi les puissances commerciales. Pour se rapprocher des ressources naturelles de la région polaire, la Chine courtise l’Islande, premier pays européen à avoir signé avec elle un traité de libre-échange.

Au milieu des herbes jaunes qui bordent le plus long fjord d’Islande, M. Thorvaldur Ludvik Sigurjonsson, les cheveux balayés par le vent, désigne du regard l’emplacement du futur port de Dysnes. Le consortium d’entreprises islandaises Arctic Services, qu’il dirige, espère profiter de l’ouverture un jour de la route maritime créée par la fonte de la banquise pour construire sur la côte nord du pays une plaque tournante vers l’Arctique. A la faveur du réchauffement climatique, le trafic par l’océan Arctique progresse chaque été — cinquante-trois vaisseaux l’ont traversé en 2014 (1) —, même si l’on est encore loin de l’établissement d’une route sûre et régulière ouverte au trafic commercial. A sa grande surprise, le consortium a vu se présenter à lui, en avril 2012, la Banque chinoise de développement, intéressée par le projet. Consciente des promesses du Nord, la Chine a engagé depuis une dizaine d’années une vaste stratégie de positionnement en Arctique, dont l’Islande a longtemps été l’axe central. (…)

A lire sur le Monde Diplomatique Septembre 2015

 

Groenland, le dégel des ressources glacées-The Good Life

Certains y voient un nouvel eldorado. Le far north, qui regorge de ressources énergétiques, est‐il toutefois à même d’accueillir sur ses terres gelées les majors mondiales du secteur ? Coup de projecteur sur ce territoire danois.

Il est 13h à l’aéroport de Nuuk, la capitale du Groenland, et le soleil se couche. Ou plutôt, il n’en 􏰀init pas de se coucher. Le Groenland, comme la majorité des pays arc‐ tiques, ne vit en cette 􏰀in d’automne que dans la lumière d’un éternel coucher de soleil. La trentaine de passagers qui descend de l’avion ne semble pas s’en formaliser et entre rapi‐ dement dans le petit bâtiment posé au bout de la piste enneigée. A cette occasion, j’ap‐ prends que le gouvernement projette de construire un aéroport plus grand, sur une île arti􏰀icielle posée dans le 􏰀jord au bord duquel la ville est construite. Un projet a priori incon‐ gru, quand on sait que le Groenland, immense territoire de 2 166 086 km2, dont 410 000 seu‐ lement sont libres de glace, est le pays le moins densément peuplé de la planète. C’est qu’en réalité la donne a changé depuis 2007, après que l’Institut d’études géologiques des Etats‐ Unis (USGS) y a découvert d’importantes ré‐ serves de pétrole, de gaz et de métaux.

A lire dans The Good Life n°17

YCWBwQ8

Dans l’usine Land Rover-The Good Life n°11

Le groupe Jaguar Land Rover affiche une excellente santé et les ventes de Range Rover, tous modèles confondus, crèvent les plafonds. Visite de l’usine de Solihull, centre historique de production de ces tout-terrain de luxe auxquels rien ne résiste.

Cet été, le groupe Jaguar Land Rover (JLR) a pris le chemin de la Route de la soie. Le 22 août, un trio de Range Rover hybrides s’est élancé du berceau de la marque, l’usine de Solihull, dans les Midlands, pour un périple de 16 000 km. L’objectif : rejoindre l’ancien joyau de l’Empire britannique, l’Inde, en emprun- tant, sur 6 400 km, l’ancienne Route de la soie. Cette caravane d’un nouveau genre, qui a rallié Bombay à la mi-octobre, a pu faire la démonstration de sa fiabilité lors de la traversée des déserts ouzbeks et des mon- tagnes kirghizes. S’il s’agissait de rattacher l’histoire du constructeur britannique à la ville d’origine de son nouveau propriétaire, l’homme d’affaires indien Ratan Tata, la marque a aussi voulu rappeler qu’elle avait encore le goût de l’aventure (…)

A lire sur The Good Life

61812